Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Un Drôle De Blog !

  • : Ras la toque !
  • Ras la toque !
  • : Billets d'humeur sur le bien manger, le bien recevoir et le bien vivre.
  • Contact

Et Moi, Et Moi, Et Moi...

  • petitgrognon
  • Un zeste d'humour, pour épicer la sauce... et partager coups de coeur et coups de gueule, en toute convivialité !
  • Un zeste d'humour, pour épicer la sauce... et partager coups de coeur et coups de gueule, en toute convivialité !

Texte Libre

Paperblog

Recherche

Archives

21 juin 2011 2 21 /06 /juin /2011 07:11

concierge.jpg

 

Nostalgie des temps anciens… Mais où sont donc les concierges d’antan ?

Celles qui veillaient - tapies au fond de leurs loges - au bien être et à la sécurité des résidents. Tout en les sermonnant au passage s’ils venaient à manquer aux règles d’usage…non écrites.

Rebaptisées « gardiennes d’immeuble », leurs qualités sont certes appréciées, mais il leur manque aujourd’hui le pittoresque et la gouaille qui caractérisaient les fameuses « binoches ».

Point de boites aux lettres. Elles montaient elles-mêmes le courrier à chaque étage profitant de ce rituel quotidien pour faire une petite causette et s’enquérir des nouvelles des expéditeurs des missives, joliment timbrées de l’autre bout du monde.

D’un œil soupçonneux, elles repéraient les visiteurs étrangers à l’immeuble s’inquiétant du motif de leur incursion chez tel ou tel voisin. Aujourd’hui les digicodes manquent singulièrement de poésie…

En des temps encore plus reculés, c’est elles qui officiaient à l’ouverture de la porte d’entrée, grâce à un « cordon » qui pendait près de leur lit. Il fallait, même en pleine nuit, décliner son identité en criant fort son nom, en les interpellant d’un sonore : « Cordon, si’où plaît ! »…

Tout le monde était alors au courant de vos pérégrinations noctambulesques.

Mettant un point d’honneur à ce que carrelages et escaliers en bois soient impeccables, leur inséparable « compagnon du devoir » était leur balai. Indispensable appui pour alimenter les commérages du jour - de vraies piplettes que je vous dis - rien ne leur échappait. Pour plus de détails, une petite pièce leur déliait facilement la langue.

En fin d’année, pour la traditionnelle remise des étrennes, chaque locataire se demandait s’il serait dans la moyenne de générosité, histoire de rester dans leurs  « petits papiers».

Dans beaucoup d’entrées d’immeubles anciens, désormais vides et banalisées, on peut toujours repérer l’emplacement de la loge, parfois recyclée en local à vélos ou à poussettes. Mais il y flotte encore cette atmosphère du temps jadis…« Atmosphère, atmosphère, est-ce que j’ai une gueule d’atmosphère ? »

 

Petitgrognon

 

Partager cet article

Repost 0
Published by petitgrognon - dans Eloge de...
commenter cet article

commentaires